Architectural et graphique, le bambou est devenu, au fil des années, très tendance dans les jardins, mais aussi en pot sur les terrasses et les balcons. Magnifique en isolé dans une pelouse, idéal pour une haie brise-vue, le bambou souffre toutefois d’une réputation d’envahisseur. Pourtant, il existe des bambous qui se montrent disciplinés tout en proposant un port dense et touffu : les bambous non traçants. Ce sont des bambous, rustiques, adaptés à tous les sols, mais qui ont l’avantage de ne pas empiéter sur les plates-bandes du voisinage. Toutes les explications sur ces bambous non traçants.

La spécificité des bambous non traçants

Originaires du sud et du sud-ouest de la Chine, les bambous non traçants poussent en général en montagne, à des altitudes supérieures à 1000 °. Ce qui leur confère une bonne rusticité à des températures basses. Mais leur principale particularité par rapport aux autres bambous tels que les phyllostachys, se loge au niveau de leur rhizome, c’est-à-dire leurs racines.

Les bambous non traçants, également qualifiés de cespiteux, disposent de rhizomes pachymorphes. Ces rhizomes poussent à l’horizontale sur une courte distance de l’ordre de 5 à 6 cm avant de remonter vers la surface, et de donner naissance à une nouvelle chaume. Comme les rhizomes se développent, repliés sur eux-mêmes autour du pied mère, la croissance du bambou non traçant est donc très circonscrite, et les nouvelles chaumes forment très vite une touffe assez dense. Sous terre, les rhizomes se développent autour de la souche qui, au final, atteint un diamètre compris entre 80 et 150 cm. Et dans votre jardin ou votre pot, le bambou propose un port touffu et dense des plus esthétiques.

En comparaison, les bambous traçants, donc non cespiteux, bénéficient de rhizomes leptomorphes qui croissent de façon linéaire sur des distances parfois importantes avant de produire une nouvelle chaume. Il n’est donc pas rare de voir des bambous traçants pousser chez le voisin, sous le goudron d’une route, de façon totalement incontrôlée. La seule façon d’éviter l’invasion est d’entourer ses bambous d’une barrière anti-rhizomes.

Mais pour les bambous non traçants, point n’est utile de se casser le dos à creuser une tranchée pour installer une barrière anti-rhizomes puisqu’ils n’en ont pas besoin. Qu’on se le dise : le bambou cespiteux sait limiter ses ardeurs et se montre sage. C’est autant de sérénité et d’efforts gagnés.
Pour varier les plaisirs dans votre jardin, il existe de nombreuses variétés de bambous non traçants. Avec, sur le haut du podium, les fargesia, les plus connus, auxquels on peut ajouter les Thamnocalamus, les Borinda et les Chusquea.

Zoom sur les bambous non traçants fargesia

Ce bambou non traçant, il a tout pour vous séduire ! Fort de plus de 75 variétés, résistant, esthétique, le fargesia doit son nom à Paul Farges, un missionnaire et botaniste français, basé en Chine à la fin du XIXe siècle. Avec ses chaumes bien serrés, il fait effet tant en isolé dans une pelouse que dans un pot sur votre balcon, ou encore en haie pour se cacher des regards indiscrets. Particulièrement résistant aux basses températures, il s’adapte à toutes les régions et forment de belles touffes feuillues tout au long de l’année. Enfin, pour convaincre les jardiniers encore réticents, sachez que les bambous non traçants fargesia s’avèrent faciles à vivre et à entretenir.

Au sein de la grande famille des fargesia, il existe une multitude de variétés, toutes plus intéressantes les unes que les autres. Tour d’horizon :

Le fargesia rufa

Cette espèce de bambou qui ne dépasse guère 3 mètres bénéficie d’une croissance très rapide. Ce qui en fait le bambou non traçant idéal pour une haie. En bac, il est également très occultant car il produit beaucoup de chaumes à chaque saison. Des chaumes qui sont légèrement teintés de rouge. Son feuillage peut résister à des températures descendant jusqu’à – 20 à – 25° tout en s’adaptant bien à la chaleur intense, par exemple du sud de la France.

bambou fargesia rufa
Le bambou fargesia rufa sans doute le plus connu des bambous non traçants

Le fargesia robusta

Comme leur nom le laisse deviner, le fargeisa robusta est robuste et accepte des températures de l’ordre de – 25°. Il s’accommode aussi du plein soleil. Il peut atteindre 6 mètres donc il est idéal pour des haies occultantes. Quant à ces chaumes, ils sont particulièrement larges. Au sein de cette variété, le fargesia robusta Campwell est intéressant en haie brise-vue car il pousse jusqu’à 4 mètres. Sa particularité réside dans la blancheur de ses chaumes lorsqu’ils sortent, pour ensuite virer au vert ou au jaune suivant l’exposition au soleil. Le fargesia robusta Pingwu atteint aussi les 4 mètres de haut. Il le plaît au soleil ou à mi-ombre. Quant à son port, il est plutôt droit.

Le fargesia nitida

C’est le bambou le plus rustique puisqu’il résiste à -28°. Sa taille varie de 1,5 à 4 mètres. Il forme des touffes denses, ce qui en fait le bambou le plus adapté à des haies épaisses, mais aussi isolé au centre d’une pelouse. Ses chaumes sont souvent de couleur foncé, du prune au noir. Quant à son feuillage, il possède quelques reflets bleutés.

bambou fargesia nitida great wall
Fargesia Nitida Great Wall
Parmi cette variété, le fargesia nidita Jiuzhaigou offre une palette de couleurs avec des chaumes pourpre et des gaines rosées. Il aime plutôt la mi-ombre et ne dépasse que rarement 2 mètres. Idéal donc pour une culture en pot. Ce bambou est également appelé bambou red panda de par ses chaumes presque rouges.

Le fargesia murielae

Également appelé bambou parapluie, il doit ce nom à son port retombant. Les touffes sont denses et peuvent atteindre 5 mètres. Il dispose d’une très grande résistance au froid. Gracieux, il forme de gros buissons et ses chaumes tirent vers le jaune.

Le fargesia scabrida Asian wonder

C’est un très joli bambou qui séduit par la couleur de ses chaumes orange violet à la croissance, puis vert sombre. Il résiste à -20 ° et aime autant le soleil que la mi-ombre. Il peut atteindre 4 mètres et sol, 1,5 mètres de diamètre.

Plantation et entretien des bambous non traçants

En veillant à respecter les besoins du bambou, la plantation et l’entretien sont aisés.

La plantation du bambou

Le trou de plantation sera deux fois plus profond et plus large que la motte. Le bambou étant gourmand, il est nécessaire de déposer au fond du trou du fumier ou du compost bien décomposé, et un peu de corne broyée. On recouvre, on tasse, on paille et on arrose abondamment.

L’entretien du bambou

L’arrosage est régulier la première année, réservé aux périodes chaudes ensuite. Quant à la taille, elle se fait une fois par an en avril ou mai. Elle permet d’égaliser votre bambou. On peut aussi supprimer des chaumes de la base.

Les bambous non traçants se veulent donc parfaits pour les petits jardins. Mais aussi pour les grands jardins où ils pourront se développer sans difficulté aucune. La bambou a surtout l’avantage d’offrir des feuilles tout au long de l’année.